insea ebay


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Actualité économique au maroc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sali

avatar

Nombre de messages : 39
Age : 33
Localisation : Rabat
Date d'inscription : 20/10/2006

MessageSujet: Actualité économique au maroc   Sam 21 Oct - 14:50

salut a tous Smile
voici quelque articles économiques que j'ai jugé interessants. bonne lecture Wink

La vie éco, 21 octobre 2006

Un règlement de copropriété et un plan d’aménagement en phase d’élaboration pour les Oudayas.

Le différend entre l’Agence et Redal finalement résolu.
Plusieurs parcelles de terrain sont acquises, mais le problème du foncier n’est pas totalement résolu.

Près de neuf mois après leur lancement officiel, en janvier 2006, les travaux d’aménagement de la vallée du Bouregreg vont bon train. Pour ce qui est du port de plaisance de Salé, les travaux, qui ont démarré début 2006, seront achevés, conformément au planning initial, au milieu du premier semestre 2007. D’une capacité de 350 anneaux, le port s’étendra sur 8 ha et pourra accueillir des bateaux de plaisance de 20 m. Autre infrastructure qui sera livrée dans le courant des six premiers mois de l’année prochaine, les quais et les débarcadères de Rabat. La rive gauche du Bouregreg sera ainsi équipée de points d’amarrage pour les vedettes et les bateaux de grande taille. Des emplacements pour des restaurants sur pilotis ainsi que des débarcadères sécurisés pour les «barcassiers» sont également prévus.
Actuellement, l’agence se penche sur les appels d’offres concernant la construction du tunnel des Oudayas et du pont Moulay El Hassan. «Les travaux du premier devront commencer avant la fin de l’année en cours alors que ceux du nouveau pont démarreront en août 2007», annonce Lamghari Essakl, directeur de l’Agence d’aménagement du Bouregreg.

Concernant le tunnel, différentes enquêtes et études géophysiques ont été menées et se sont soldées par le lancement d’un appel d’offres international avec pré-qualification. D’une longueur de 1 500 m, il nécessitera une enveloppe estimée à 400 MDH. Son exploitation est programmée pour début 2009.
Concernant le pont, quatre propositions de conception ont été soumises à l’agence. Et c’est finalement la proposition de Mimram Ingénierie, cabinet français concepteur de la passerelle de Solferino à Paris, qui a été retenue en juin dernier. Haut de 10 m, le pont, qui devra être livré en 2010, permettra une navigabilité du Bouregreg jusqu’au pont de l’ONCF (Office national des chemins de fer) en amont. A noter que le pont accueillera aussi bien la future ligne de tramway devant relier Rabat à Salé que des voies de circulation automobile et des chemins réservés aux piétons.

Parallèlement à ces chantiers, l’agence a eu à s’occuper de l’épineux dossier du foncier. Plusieurs parcelles de terrain ont d’ores et déjà été acquises. «Mais toutes ont fait l’objet de règlement à l’amiable, que ce soit avec les collectivités locales, l’Agence de logement militaire ou des familles habitant quelques bidonvilles sur la rive de Salé», souligne le directeur de l’agence. Et d’ajouter : «C’est au-delà de ces deux premières séquences que le problème du foncier se posera avec acuité».
Lamghari Essakl explique enfin que son agence attend toujours que la zone relevant de ses compétences soit déclarée «zone d’utilité publique» pour que le processus d’expropriation puisse être entamé

Le groupement Attijariwafa bank, BCP et CDG reste discret sur l’identité de ses partenaires étrangers.

La BMCE s’allie avec RésidHotels, leader européen des appart-hôtels.


L’objectif de la Vision 2010 prévoyant la mise sur le marché d’au moins 15 000 lits par an est-il viable ? Deux chiffres pour commencer : 5 500 lits ont été réalisés en 2005. Quant à 2006, ce chiffre sera certainement dépassé mais l’on restera encore en deçà du rythme voulu.

En fait, les projections faites par les spécialistes évaluent les investissements nécessaires pour satisfaire les besoins de la Vision 2010 à plus de 30 milliards de dirhams, répartis entre fonds propres et endettement bancaire. Aussi, beaucoup d’espoirs sont-ils placés dans la création de fonds d’investissements hôteliers, destinés à encourager les privés marocains à investir dans les lits d’hôtels. Ainsi, après l’annonce faite fin mars 2006, par Attijariwafa bank, la Banque Centrale Populaire (BCP) et la CDG, concernant leur décision de lancer ensemble un fonds de 2,5 milliards de dirhams destinés à l’investissement hôtelier, la BMCE avait annoncé elle aussi et presque simultanément la mise sur pied d’un fonds équivalent de 2,5 milliards de dirhams. La création de ces deux fonds a été rendue officielle quelques mois plus tard.

Où en sont ces projets aujourd’hui ? Du côté d’Attijariwafa bank, on se contente d’expliquer que les choses ont bien avancé depuis et que le fonds sera opérationnel dans les délais initialement annoncés, c’est-à-dire au début de l’année 2007. On affirme aussi que les discussions sont bien avancées avec des investisseurs aussi bien internationaux que locaux, tout en rappelant la nécessité d’épouser la tendance internationale qui veut qu’une séparation nette soit établie entre les propriétaires d’établissements hôteliers et leurs gestionnaires. Prudence oblige, les responsables d’Attijariwafa bank n’en diront pas plus, préférant rester discret, quant à la composition du tour de table.

Le fonds BMCE investira dans les «appart-hôtels»
S’agissant du fonds lancé par BMCE Bank, dit «d’investissements immobiliers et touristiques», et pas seulement hôteliers, il sera, quant à lui, opérationnel dès l’été 2007. Cependant, et comme l’explique Kacem El Bouanani, directeur général d’Actif Invest, filiale de la BMCE chargée du pilotage du projet, cela n’empêchera pas que certaines opérations puissent être réalisées bien avant. En effet, la BMCE, qui dispose déjà d’un fonds d’investissement immobilier, mis sur pied il y a deux ans, n’hésitera pas, poursuit M. El Bouanani, à faire des exceptions pour financer des établissements hôteliers. En revanche, le fonds dédié à l’immobilier et au tourisme, qui sera doté aussi au départ d’une enveloppe de 2,5 milliards de dirhams et qui aura une durée de vie de huit ans, n’investira pas seulement dans la construction d’une gamme élargie d’hôtels classiques de trois à cinq étoiles, mais se positionnera également sur d’autres créneaux. C’est le cas des «appart-hôtels», un segment d’hébergement qui fait cruellement défaut aujourd’hui, et qui répondra en priorité à la demande insatisfaite des nationaux. Pour ce faire, la BMCE a préféré aller chercher une expertise internationale dans le domaine. La banque, nous apprend le DG d’Actif Invest, est d’ailleurs en train de finaliser un partenariat avec l’un des plus grands opérateurs européens en la matière, en l’occurrence RésidHotels, qui gère un parc important d’appart-hôtels dans plusieurs pays. Ce gestionnaire sera ainsi associé dès le départ à la conception des projets (financement, normes, etc.) et les gérera par la suite, le fonds restant, bien sûr, propriétaire de ces unités.

En plus des hôtels et des appart-hôtels, le fonds de la BMCE se positionnera aussi sur le créneau des loisirs et des activités commerciales, en s’impliquant dans la construction de centres commerciaux et de loisirs, des composantes souvent nécessaires à la réussite des projets touristiques.
Enfin, conclut M. El Bouanani, le fonds investira aussi dans la rénovation et la mise à niveau d’établissements hôteliers existants qui pourront, entre autres, être acquis en association avec des enseignes internationales de renom. En attendant, les consultations sont au stade final, et le tour de table du fonds devra être connu rapidement, même si l’on sait déjà qu’il comprendra des investisseurs, européens, américains et du Moyen-Orient, en plus de quelques institutionnels marocains.

Mohamed Moujahid
Publié le : 20/10/2006

L'économiste, 21 octobre 2006

Plus de 21 milliards de DH d’exonérations fiscales



· 405 dispositions dérogatoires pour 2007

· 1% de l’IS et autant de l’IR pour les régions

La refonte de la fiscalité est la principale épine dorsale de la loi de Finances pour 2007. Outre la révision de l’impôt sur le revenu (IR) et de la fiscalité locale (www.leconomiste.com), le prochain budget officialise le Code général des impôts (CGI) qui codifie dans un seul texte, l’ensemble des dispositions relatives à l’assiette, au recouvrement et aux procédures fiscales.
Le ministère des Finances produit pour la deuxième fois, un rapport sur les dépenses fiscales avec une surprise de taille: l’envolée des exonérations! Pour 2006, les mesures dérogatoires recensées s’élèvent à 405. Elles sont évaluées à 21,456 milliards de DH contre 15,157 milliards en 2005, soit une hausse de 39%! C’est à se demander à quoi sert le travaille sur les dépenses fiscales.
La prochaine loi de Finances apportera d’autres changements. Ainsi, le gouvernement a décidé d’affecter d’autres ressources aux régions. En effet, l’article 11 prévoit d’accorder 1% du produit de l’impôt sur les sociétés à ces collectivités locales au titre de 2007. De même, 1% de l’IR ira dans les caisses des régions. Ces ressources sont importantes lorsqu’on sait que les recettes de l’IS pour 2007 s’élèvent à 25,6 milliards de DH et celles de l’IR à 21,6 milliards. Avec ces moyens supplémentaires, les régions pourront mieux s’acquitter de leurs missions et jouer un rôle dynamique dans le développement économique régional.
Autre changement: les minoteries devront mettre la main à la poche. Leur contribution sera de 30 DH le quintal de son vendu. C’est le prochain budget qui institue, au profit de l’Etat, cette contribution de la commercialisation et du stockage des orges destinées à l’alimentation du bétail.
Dans un autre registre, la loi de Finances 2007 prévoit la création de plusieurs comptes spéciaux du Trésor. Ainsi, le fonds d’assainissement liquide et d’épuration des eaux usées, qui dépendra du ministère de l’Intérieur, sera opérationnel à partir de janvier prochain. Un autre sera dédié à la protection et à la mise en valeur de l’environnement. Un fonds d’accompagnement des réformes du transport routier urbain et interurbain sera également mis en place. Deux services gérés de manière autonome seront créés au cours de 2007. L’un sera consacré à la candidature du Maroc pour l’organisation de l’Exposition internationale de Tanger en 2012; l’autre, dédié au centre médicochirurgical des FAR à Agadir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 84
Age : 35
Date d'inscription : 13/10/2006

MessageSujet: Re: Actualité économique au maroc   Dim 22 Oct - 6:28

merci pour les acticles,

7di rassek lay semmiw 3lik za9zou9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sali

avatar

Nombre de messages : 39
Age : 33
Localisation : Rabat
Date d'inscription : 20/10/2006

MessageSujet: Re: Actualité économique au maroc   Dim 22 Oct - 6:31

Laughing
machi mouchkil ana dima fi khidmat cha3b Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actualité économique au maroc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actualité économique au maroc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Energie: Comment le Maroc soigne sa crise
» Communique 01/2009 "Syndicat d’Amendis-Tanger"
» Comment désamorcer la bombe sociale au Maroc ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
insea ebay :: ach kayn :: khbar sou9-
Sauter vers: